Prise de poste (L’Expression de Tunisie) 8 août 2008

Prise de poste 8 août 2008
L’Expression, Magazine tunisien

Minorités dites-vous ?

L’opposition pourra répondre lorsqu’un propos officiel concerne la politique nationale. C’est la dernière pirouette de Nicolas Sarkozy pour passer l’une des réformes les plus lourdes, celle des institutions.

Pour peu que nous cédions à notre idéal d’intégration nationale, nous ne pouvons nous empêcher de faire le lien avec la présence de l’opposition tunisienne – quand elle existe – à la télévision nationale. Nous n’en sommes pas au temps de parole, nous en sommes tout juste au registre de présence, au «spot», quelque spot comme on fait si bien pour les biscottes et le shampoing. Les leaders de l’opposition réformiste, les dirigeants des partis représentés au parlement ne passent que fort rarement à la télé. De parfaits illustres inconnus, ils apparaissent, en haie d’honneur lors d’une fête nationale ou religieuse, quand ils sont reçus ou décorés, une fois l’été, une autre l’hiver, entre temps ils étalent une patience en regardant la télé. Après tout, personne ne les oblige à s’opposer pendant si longtemps. Majeurs et opposants, ils s’assumeront.

Bon Rcdiste

Soyons sérieux, c’est à croire que le citoyen lambda doive croiser l’opposition à la rue, frapper à la porte du premier secrétaire pour connaître le programme de son parti. S’il se pique de politique et qu’il projette de détester à mort toute opposition, s’il désire s’encarter au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, parti de la majorité au pouvoir), il faudrait au moins que notre cher citoyen puisse saisir la différence entre les deux. La gauche ? La droite ? Communiste ? Socialiste ? Libéral ? Réformiste ? Radical ?…

Puisse-t-il s’y retrouver avant de devenir le «bon Rcdiste» qu’ils aiment et non pas simplement un Rcdiste par incompétence, un Rcdiste d’artifice! Le Tunisien idéal, qui sera de toute manière Rcdiste, pourra le décider en parfaite connaissance de cause !! Il pourra apprendre sur les bouts des doigts les «impairs» des ses ennemis et au passage leurs idées. Son engagement contre les filières d’opposition, son sens du devoir, de l’interdit et de l’orientation, son activisme et sa fidélité n’en seront que grandis !

Télé-minorité

Comme son nom l’indique, la télévision nationale n’est pas une amusette de majorité. C’est un outil d’intégration nationale. Les minorités raciales, ethniques, religieuses ou politiques doivent pouvoir y passer. N’est-ce pas du devoir même de la majorité de protéger les minorités, leur donner une télé-visibilité nécessaire au débat démocratique ? Quel serait l’avenir d’une majorité qui occupe toute la scène, sinon ? Il n’y aura plus rien que la scène, répondra l’autre !

Est-il besoin de rappeler que la majorité n’est que la somme de minorités en accord ? Qu’au commencement était la minorité et que celle-ci avait mis longtemps à comprendre le b.a-ba: d’abord le nombre, les idées suivraient ?

Est-il besoin de rappeler qu’avant d’être un nombre, la majorité est d’abord une humanité et qu’à ce titre, elle doive admettre que des hommes et des femmes puissent sortir de ses rangs, faire la gueule ou le pitre. Tout cela sans être traités de minorité… Tout cela sans qu’un traître mot de «majorité» ne vienne rappeler au monde entier que c’était le quart d’heure de minorité et que demain sera un autre jour…

Un dernier mot cependant, nous sommes une majorité à le penser. Ah, non, non, une minorité pardon !

Jamel Heni

Liens http://jamelheni.unblog.fr/wp-admin/post-new.php

Laisser un commentaire